Interviews de PVTistes

Être PVTiste au Canada à l’heure de la Covid-19

By 20 avril 2021No Comments

Actuellement au Canada en tant que PVTiste, Hélène vit une expérience quelque peu spéciale dû à la Covid-19. À travers cette interview, Hélène nous partage son expatriation et vous invite à découvrir son blog Carnet Travelers où elle partage conseils et astuces sur le pays des Caribous  !

© Carnet Travelers

 

Bonjour Hélène, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Hello! Je m’appelle Hélène et j’habite au Canada depuis octobre 2019 grâce à un visa PVT. J’ai d’abord vécu à Toronto puis ensuite à Montréal. Curieuse et bonne vivante, j’adore découvrir de nouvelles choses, voyager et tester des bonnes adresses food ! Sur le blog, je donne des infos sur l’expatriation avec un PVT au Canada, les activités à faire sur place et découvertes que je peux tester au cours de mon expérience !

Depuis combien de temps es-tu au Canada ?

Je suis arrivée en octobre 2019 à Toronto puis j’ai déménagé en septembre 2020 à Montréal.

Est-ce ton premier PVT au Canada ou es-tu déjà partie en PVT dans un autre pays ?

Oui c’est bien mon premier PVT au Canada mais ce n’est pas ma première expérience d’expatriation. En effet, au cours de mes études j’ai pu étudier pendant 6 mois à Montréal (Erasmus). Puis j’ai aussi eu la chance de partir un an aux Etats-Unis lorsque j’avais 17 ans pour ma dernière année de lycée.

Comment as-tu vécu ton arrivée au Canada ?

L’arrivée au Canada s’est super bien déroulée. Je m’étais renseignée à l’avance avec l’aide de blogs mais j’ai trouvé qu’il y avait peu de retours d’expériences à propos de Toronto. Le but était aussi de découvrir la ville par moi-même sans trop de préjugés. Je n’avais donc rien prévu mis à part la location d’un Airbnb pour 15 jours !

Comment s’est passée ton intégration là-bas ? As-tu rencontré des gens facilement ?

Je suis arrivée avant la pandémie donc c’était plus facile de rencontrer des gens. À Toronto, j’ai d’abord rencontré des français à l’aide de groupes d’expats sur Facebook. Puis, par la suite, des anglophones grâce à des applications de rencontre. À Toronto, c’est assez facile de rencontrer des gens venant de partout dans le monde et c’est super enrichissant ! À Montréal je trouve que c’est plus compliqué de vraiment se lier d’amitié avec des Canadiens et la période actuelle n’aide vraiment pas.

Tu es arrivée au Canada en plein covid, comment ça se passe là-bas ? Cette situation est-elle handicapante pour les PVTistes ?

Je suis arrivée à Toronto un peu avant le covid (octobre 2019) et à Montréal en plein covid. Cette situation est vraiment handicapante, les rencontres sont compliquées et je suis un peu frustrée de ne pas pouvoir vivre cette expérience à 100%. Je pensais pouvoir rentrer en France au moment des fêtes mais les mesures suite à la situation étaient très compliquées (15 jours de confinement en France, 15 jours de confinement au Canada = 1 mois de congés non payés + des vols très coûteux). Bref la famille et amis manquent vraiment dans ce genre de situation !
Après je pense qu’il faut aussi voir le bon côté des choses : il y a la possibilité de faire des activité dehors ici, comme de profiter des paysages naturels du Canada pour faire des randonnées par exemple ! Pour les futurs PVTistes, je ne conseillerais pas de venir au Canada actuellement mais plutôt l’année prochaine s’ils le peuvent 🙂

Parlons travail, quels ont été tes différents jobs ?

Je ne suis pas vraiment satisfaite des jobs que j’ai pu avoir ici (je pense que le covid n’a pas aidé non plus). Le Canada n’est pas forcément l’eldorado dont tout le monde parle… Certes il y a de la demande pour des jobs dans des domaines très spécialisés (médical, technologique, gaming, assurance, banque, pâtisserie…) et aussi beaucoup de besoin pour des jobs de manutention. J’ai donc enchaînée beaucoup de « jobs alimentaires », vendeuse en magasin, hôtesse pour des événements, livreuse Uber Eat et aujourd’hui je travail dans un entrepôt alimentaire… Bref pas vraiment les jobs que j’imaginais avec un master en marketing/communication !
Je pense que le PVT est très bien fait pour vivre l’expérience de voyage en parallèle de petit jobs. Si j’avais lu plus de témoignages dans ce sens au Canada j’aurais sûrement pensé mon projet PVT différemment 🙂

© Carnet Travelers

Comment se passent les entretiens professionnels au Canada ? Est-ce comme en France ?

Les entretiens sont différents, ils sont très longs ! En général il y a 5 étapes différentes. Mais avant de passer les entretiens, il faut faire son CV aux normes canadiennes (2 pages, sans photo, sans informations personnelles). Les annonces se trouvent sur les sites classiques comme en France type Linkedin, Indeed, Monster… Mais ce n’est qu’une infime partie des offres. Beaucoup d’opportunités ne sont publiées qu’en interne dans les entreprises et jamais publiées sur internet. En général l’expérience (canadienne), la motivation ainsi que le « fit » comptent beaucoup plus que le niveau d’études.

Comment s’est passé ton premier hiver au Canada ?

Disons que j’appréhendais vraiment l’hiver Canadien car j’avais eu un mauvais souvenir de mon expérience passée lorsque j’étais étudiante à Montréal. Finalement, l’hiver à Toronto est tout à fait soutenable car la ville est située plus au sud et cette année l’hiver à Montréal a été plus doux qu’à l’habitude. Le secret pour se protéger du froid est de multiplier les couches et de protéger les « extrémités » (mains et pieds). Il y a tout sur place pour bien s’équiper donc c’est vraiment pas nécessaire de charger sa valise de manteau ou après ski !

Quelle est ta saison préférée là-bas ?

Je dirais juste avant l’été en Avril/ Mai, les paysages changent, la neige fond, l’été et la chaleur sont attendus avec impatiente et les gens recommencent à sortir dehors et sont très ouverts à l’échange !

© Carnet Travelers

Quels lieux au Canada recommandes-tu aux futurs PVTistes ?

J’ai eu un énorme coup de coeur pour Toronto ! Je conseillerais d’y aller l’été quelques jours (j’ai d’ailleurs un article sur le blog sur les activités à faire à Toronto l’été). Je trouve qu’il y aussi énormément de choses à découvrir au Québec comme aller voir les baleines en septembre à Tadoussac, le mignon petit village de Mont Tremblant pour faire les activités d’hiver, les parcs nationaux pour la randonnée avec les jolies couleurs des feuilles en automne (parc national de la Jacques-Cartier, chutes de Montmorency, Mont Orford, Laurentides…)

Quels conseils aurais-tu aimé recevoir avant de partir en PVT ?

Pour n’importe quelle expérience d’expatriation je dirais, d’oublier tout ce que tu connais déjà, tes préjugés et tes à priori. Il y aura des hauts et des bas mais n’oublies jamais pour quelles raisons tu as voulu partir et vivre cette expérience. Puis ensuite profite à fond, fais des rencontres, découvre de nouvelles choses que tu n’aurais jamais fait auparavant car le visa passe à une allure folle et il serait dommage d’avoir des regrets. Enfin, accueil les imprévus avec positivité !

Aimerais-tu faire d’autres PVT dans différents pays ? 

Pour l’instant ce n’est pas au programme mais on sait jamais ! J’aimerais bien pouvoir vivre d’autres expériences à l’étranger, mais peut être sur une période plus courte ! Certains pays asiatiques m’attirent, d’Amérique du sud aussi, ainsi que l’Australie !

 

Suivez les aventures d’Hélène au Canada sur son blog Carnet Travelers ! 

Vous désirez tenter l’expérience de PVTiste ? Rejoignez notre communauté dès maintenant !

Laisser un commentaire